• 06 23 53 91 26
  • 27 Rue Roger Brun 13006 Marseille
  • Cours du lundi au vendredi

KRAV MAGA / KAPAP

Ne jamais subir

International Krav Maga Institut

Krav Maga

Le krav-maga, parfois écrit krav maga (hébreu קְרַב מַגָּע [ˈkʁav maˈɡa], littéralement combat rapproché), est à l’origine une méthode d’autodéfense d’origine israélo-tchécoslovaque hongroise combinant des techniques provenant de la boxe, du muay-thaï, du judo, du ju-jitsu et de la lutte. Cette méthode, créée par Imi Lichtenfeld, est maintenant une base de l’armée israélienne et des services spéciaux israéliens pour se défendre au corps à corps face aux assaillants. La méthode est utilisée par de nombreux services de police et forces militaires dans le monde tels qu’aux États-Unis le FBI, la DEA, les marines, en France le GIGN, le RAID, la Légion étrangère et au Royaume-Uni les SAS.

TYPE

BOXING CLASSE

DUREE

1h15 ou 2h

NIVEAUX

Ados et Adultes

CALORIE BRULES

500 – 700

Fondation

Au début du XXe siècle, la ville de Bratislava, appartenant alors à l’Empire austro-hongrois abritait, à l’instar de nombreuses villes d’Europe de l’Est, une importante communauté juive ashkénaze. Samuel Lichtenfeld était détective et instructeur en chef de la police départementale, devenu célèbre pour ses nombreuses affaires élucidées et son enseignement de l’autodéfense. Son fils, Imi Lichtenfeld, né à Budapest en 1910, s’inspira grandement des activités de son père. Il remporta de nombreuses compétitions en lutte, boxe et gymnastique.

Dans les années 1930, face à la montée du fascisme en Europe, et pendant la Seconde Guerre mondiale, Imi Lichtenfeld réunit autour de lui un groupe de jeunes athlètes dont la mission était de protéger la communauté juive locale. Il prit part à de nombreuses bagarres qui lui firent prendre conscience des différences entre les compétitions sportives et les « combats de rue ». Son action le rendit vite impopulaire auprès des autorités locales. Il commença en 1940 un périple de deux ans qui le mena finalement dans le mandat britannique de Palestine, après un passage dans les troupes britanniques. Il rejoignit alors la Haganah, formation para-militaire juive préfigurant la future armée israélienne. Il fit partie des troupes de choc, le Palmach, où il enseigna le kapap, la lutte et la gymnastique.

Expansion

En 1948, Lichtenfeld rejoint Tsahal en tant que chef-instructeur pour l’éducation physique et le Kapap. Son objectif était de développer une méthode simple, efficace et rapidement assimilable pour répondre aux besoins de l’armée : les techniques sont nées d’un réajustement progressif rendu possible par les retours d’expérience sur le champ de bataille. Après une mission de deux années en Éthiopie, Lichtenfeld quitta le service actif en 1964. Il ouvrit par la suite une école à Netanya et créa officiellement le krav-maga (littéralement « combat rapproché » en hébreu). C’est à cette époque, en novembre 1964, que Eli Avikzar commença à s’entraîner avec lui et finit par devenir instructeur principal. Il fut aussi la première ceinture noire de l’histoire du krav-maga, remise par Imi Lichtenfeld le 5 janvier 1971.

Après le développement d’un contenu suivant des principes (exemple : chemin le plus court, défense et contre-attaque simultanées) mais restant cependant désordonné, Lichtenfeld et son équipe structurent avec ordre leurs découvertes pour pouvoir les enseigner (« j’avais pensé à créer un système applicable dans la réalité »). 1980 marque le début de l’internationalisation du krav-maga, auparavant circonscrit au seul État d’Israël. Lichtenfeld autorisait ses disciples les plus doués à enseigner cette méthode à travers le monde, entre autres Eyal Yanilov aux États-Unis, ou encore Kobi Lichtenstein en Amérique du Sud. En 1984, la fédération de krav-maga donna le grade de ceinture noire à deux élèves américains, Allen Feldman et Darren Levine. En 1985, Eli Avikzar partit aux États-Unis en tant que représentant de la fédération de krav-maga puis y retourna pour y donner son premier entraînement au département de police de Los Angeles. En 1988, Imi Lichtenfeld délègue Richard Douieb afin de représenter le krav-maga en Europe. Le FBI, la DEA, les marines, le GIGN et les SAS popularisèrent cette nouvelle forme de close combat auprès du grand public et de nombreux clubs commencèrent à proposer aux civils une façon différente de pratiquer la self-defense (principalement sous l’impulsion de Darren Levine en Amérique du Nord).

Le décès du fondateur en 1998 a marqué le début de dissensions au sein des instances dirigeantes (on notera cependant que Yanilov avait quitté la fédération de krav-maga dès 1996). Peu avant sa disparition, Lichtenfeld affirmait encore que son vœu le plus cher était que « chaque enfant sache se défendre, élevé dans le respect d’autrui »

Objectifs

L’objectif du krav-maga est l’apprentissage de la défense en un minimum de temps de formation. Le krav-maga n’est pas conçu comme un art mais comme une méthode de combat rapproché. Dans ce souci d’efficacité, le krav-maga est en perpétuelle évolution. Toutefois, il inclut un grand nombre de techniques de combat issues de la boxe pieds-poings, du jiu-jitsu et de la lutte. Les entraînements diffèrent de ceux des arts martiaux ou des sports de combat dans la mesure où le but n’est ni la compétition ni une pratique culturelle ou physique. À cela s’ajoutent l’absence de règles a priori et les priorités. La méthode devant être intégrée rapidement pour la formation des soldats, elle ne s’appuie pas sur des qualités physiques particulières et n’est donc pas réservée à des troupes d’élites. La simplicité est déterminante. Le krav-maga est basé sur les réflexes et la rapidité d’action. Des cours sont donnés depuis longtemps, sans danger, aux enfants.

En son temps, Imi Lichtenfeld fonde sept principes du krav-maga:

  1. « Éviter les situations dangereuses » : Le krav-maga est un principe de prévention et de bon sens pour « éviter de se retrouver dans une situation dangereuse » (par exemple : en faisant de l’auto-stop, éviter les individus peu engageants, éviter de traverser à pied un quartier dangereux en ville, etc.)
  2. « Réflexes naturels » : Le krav-maga est une technique d’auto-défense basée sur « les réflexes naturels » du corps humain.
  3. « La voie la plus courte » : Se défendre et attaquer par la voie la plus courte et depuis la position où l’on se trouve, en privilégiant « le minimum de prise de risque pour soi-même ».
  4. « Instaurer un dialogue » : En fonction de la situation, et selon le besoin, en fonction du danger que représente l’adversaire, essayer de décourager celui-ci « en instaurant un dialogue ».
  5. « Points sensibles » : Utiliser « les points sensibles » du corps humain (yeux, gorge, parties génitales) pour atteindre ou maîtriser l’adversaire.
  6. « Objets à portée, puis armes naturelles » : Essayer d’utiliser en priorité « tous les objets à sa portée », puis les armes naturelles du corps en dernier recours.
  7. « Tous les coups sont permis » : Aucune loi (pas de règles à respecter), aucune limitation sur le plan des techniques, pas d’interdits, « tous les coups sont permis »; mais, il est tout de même conseillé de rester dans la « légitime défense »

Priorités

Tout comme le close combat, le krav-maga se caractérise par différentes techniques incapacitantes ou létales. Ces méthodes sont très faciles à apprendre et très efficaces. Elles visent à mettre hors d’état de nuire un ennemi : le plus vite possible, le plus efficacement possible et par tous les moyens possibles (aucune limite de combat). Les techniques de combat à mains nues employées sont typiquement les plus dangereuses, les plus efficaces, et les plus simples que puisse générer le corps humain comme peut en témoigner la devise de cette pratique : simplicité, rapidité, efficacité. Ces techniques sont choisies et adaptées pour fonctionner dans des conditions de stress maximum, et sur quelqu’un qui ne se laissera pas faire. Dans un combat pour assurer sa survie (donc de type non sportif), le seul but est d’éliminer la menace avant que celle-ci n’élimine l’individu concerné.

Les coups sont donc focalisés sur des cibles anatomiques comme notamment les yeux, la nuque, les genoux, la gorge et les parties génitales. Le combattant cherchera systématiquement à prendre l’initiative de l’assaut, puis à neutraliser la menace (sans systématiquement rechercher le maximum de dégâts). La défense est donc toujours un pis-aller (récupération de l’initiative), visant à rétablir l’action offensive. Le déplacement est toujours en avançant (forward drive).

Dans une situation donnée, la réponse doit être immédiate, aussi forte que nécessaire, sans appel, naturelle et choisie pour servir un objectif précis, comme déconcentrer, fuir, immobiliser au sol, neutraliser voire tuer. Il en résulte 3 ensembles de techniques suivant que l’enseignement est destiné à l’armée, la police ou les civils. En effet, les objectifs n’étant pas les mêmes suivant ces catégories, attaquer, neutraliser, ou se défendre

Entraînement

Le krav-maga ne présuppose pas que les combattants respectent un ensemble de règles. En particulier, l’entraînement insiste sur des situations atypiques telles que : la réaction à une attaque surprise ; le combat à mains nues contre un adversaire armé d’une arme tranchante (exemple : couteau) éventuellement dissimulée, une arme contondante (exemple : batte de base-ball) ou une arme à feu ; anticipation à ce que l’adversaire sorte une arme ou/et s’en serve ; le combat contre plusieurs adversaires, sortir d’une situation d’encerclement ; et la protection d’une tierce personne. L’entraînement au krav-maga couvre aussi des situations susceptibles de dégénérer en combat ainsi que des méthodes, aussi bien verbales que physiques. Les qualités développées lors de l’entraînement sont : l’amélioration des réflexes, la fluidité, la rapidité, la précision, l’utilisation correcte des armes naturelles du corps, la détermination, la maîtrise de soi, et des réponses adaptées aux situations d’agression. L’entraînement s’articule donc autour de deux piliers : les techniques de self-defense et le combat.

L’auto-défense est une composante du krav-maga regroupant toute une série de techniques dont le but est de donner à ceux qui les apprennent la possibilité de se défendre contre des actions hostiles, d’être en mesure d’avoir le dessus sur leur(s) assaillant(s) et d’éviter d’être blessés. Cela comprend également les défenses contre toutes sortes d’agressions : coups de poing, coups de pied, étouffements, différentes prises et attaques à main armée (avec couteau, arme à feu, grenade ou gourdin). L’élève apprend ainsi à appliquer les différentes méthodes de krav-maga dans un maximum de situations (familières ou inconnues) : notamment obscurité, positions assise ou couchée, environnements étroits, contre plusieurs agresseurs.

Le combat au corps-à-corps marque une phase plus avancée du krav-maga, durant laquelle l’individu apprend à neutraliser rapidement et efficacement son assaillant. Celle-ci met en œuvre des éléments ayant trait au combat proprement dit : tactiques, feintes, attaques avec combinaison de plusieurs techniques, dimension psychologique du combat. Il existe plusieurs types de combats :

  • Combat technique : il permet de travailler sa technique, seul (shadow) ou face à un adversaire qui ne fait que recevoir les coups (avec ou sans esquives ou parades). Vitesse : lente.
  • Combat souple : il permet d’exercer les qualités de vision, de distance et de coordination des mouvements avec le bon timing, le tout en conservant son intégrité physique et son assurance. Vitesse : moyenne.
  • Combat appuyé : le but est d’éprouver sa propre efficacité, avec des coups portés mais également reçus. La gestion du souffle et du stress est également recherchée. C’est une logique de progression dans l’échelle des combats. Vitesse : normale.
  • Combat dur : l’obtention de ceintures est subordonnée à cette épreuve (à partir de la ceinture verte et obligatoire pour les moins de 40 ans). Ce combat, très encadré, permet au pratiquant de donner le maximum de son potentiel dans un contexte de stress et de peur, tout en gardant sa lucidité. Vitesse : normale.

Au niveau international

  • La Fédération européenne de krav-maga (FEKM) Richard Douieb, voir section « Au niveau européen » ci-dessous.
  • La Fédération Internationale de Krav Opérationnel et Professionnel fondée par Philippe Simon.
  • La Fédération internationale de krav-maga (IKMF, fondée en 1995 par Eyal Yanilov, Gabi Noah, Avi Moyal & Eli Benhami tous les quatre élèves d’Imi Lichtenfeld) dirigée actuellement par Avi Moyal. L’IKMF était présente dans plus de 50 pays au monde avant qu’Eyal Yanilov ne se retire en 2010 pour créer Krav-Maga Global.
  • KMG – Krav-Maga Global a été créée en 2010 par Eyal Yanilov, 8edan (grade israélien délivré il y a plus de dix ans par le fondateur du krav-maga). Eyal a été auparavant fondateur et leader de l’IKMF (en 1996), la plus grande organisation au monde, alors avant qu’il ne la quitte. krav-maga Global (KMG) est représenté dans une vingtaine de pays en Europe et dans une cinquantaine au monde. Eyal Yanilov fait partie des plus grands experts de krav-maga (avec Eli Avikzar, Richard Douieb, Haim Zut,Darren Levine, Kobi Lichtenstein, Haim Gidon, Ron Mizrachi) nommés au plus haut grade par le fondateur du krav-maga. Eyal Yanilov a été formé initialement par Eli Avikzar et après directement par le fondateur lui-même du krav-maga. Eyal est secondé à la tête de KMG par Zeev Cohen 6e dan.
  • L’Association israélienne de krav-maga (KAMI, fondé par Eli Avikzar cofondateur du krav-maga) : le Krav-magen, synthèse d’aïkido, de judo et de krav-maga, a été créé par Eli Avikzar, première ceinture noire délivrée par Imi Lichtenfeld en 1971 et 10edan ainsi que ceinture noire de judo et d’aïkido. Malgré son décès en 2004, cette fédération fondée en 1987 est toujours présente dans de nombreux pays sous l’impulsion du successeur d’Eli Avikzar, Avi Avisadon.
  • WOKM – World Original Krav Maga Federation fondée en 2012 par Gaetano Lo Presti et présente dans 17 pays, principalement en Europe et Amérique latine.
  • L’École Bukan de krav-maga – Fondée en 1977 à Rehovot en Israël par Yaron Lichtenstein et Imi Lichtenfeld. Yaron Lichtenstein, (qui faisait partie des dix premiers élèves d’Imi Lichtenfeld) dirigeait jusqu’alors l’une des deux académies fondées par le créateur du krav-maga (l’une à Natanya et l’autre, sous la direction de Yaron, à Tel-Aviv). En 1994, Imi Lichtenfeld lui décerne le grade de 9edan. L’école s’est exportée au Brésil sous la direction de Yaron Lichtenstein et de son fils Rotem Lichtenstein. L’école est très présente en Amérique du Sud mais aussi au Portugal, Espagne, Roumanie et Japon. L’école revendique l’enseignement original du krav-maga en tant qu’art martial, comme l’avait pensé Imi Lichtenfeld. Le port du Judogi est obligatoire et les techniques sont enseignées en hebreu.
  • L’OIS – Operative Israeli System Emeth Krav-Maga: Aaron Elbaze fondateur du système, développé pour les civils & les professionnels, système validé et reconnu par l’Institut Wingate en Israël. L’OIS est représenté à Paris par Michael Kadouch et Eric Chicheportiche .

Au niveau européen

  • La fédération européenne de krav-maga de Richard Douieb, . La FEKM a été créée en 1997 par Richard Douieb, ce dernier ayant été désigné par Imi Lichtenfeld afin de représenter le krav-maga en Europe7. La FEKM a été associée de 2005 à 2011 à la Fédération de Karaté pour obtenir la reconnaissance nationale de la discipline auprès des autorités françaises. Pour cause d’importantes divergences à propos de la discipline, la FEKM quitte la Fédération française de karaté le 15 septembre 2011. Désormais, la FEKM délivre des DARGA (ceinture noire du 1er au 5e Darga).
  • IKM – Organisation mondiale fondée en 2009 par Gabi Noah, Master en Krav Maga, avec comme partenaire Eli ben Ami, Master en Krav Maga, cette fédération est la seule ayant à son bord deux des quatre maîtres de l’IKMF. Le style de Gabi Noah est reconnu dans le monde entier comme étant un style particulièrement pur et agressif.Il est représenté en France, Belgique et Suisse par Harry Mariette, expert ayant 30 ans d’expérience dans les arts-martiaux. La Belgique compte 40 instructeurs actifs. Gabi Noah a entraîné, formé et fait passer les grades de l’ensemble des instructeurs belges de l’IKMF.
  • IKMI – International Krav Maga Institute a été créé initialement en France par David Malinvaud et développé par Antonio Monsellato qui en assure la présidence.
  • IKMF – International Krav Maga Federation présente dans 62 pays à travers le monde dirigé par Avi Moyal.

En Israël

  • La Fédération israélienne de krav-maga : fondée en 1978, dirigée par Haim Gideon, 10e dan, représentée en France par Gabriel Elbaz. Haim Gideon a été un élève direct d’Imi Lichtenfeld.
  • La WKMF (World Krav Maga Fédération), créée en France et en Italie par Thierry Viatour, Larissa Berrardi, FIKM Alessandro del Pia et ANKM (kravmagafrance Fondée en 1996) Florian Mégard. Elle est affiliée à la KMW, la FFCO. Elle suit les préceptes du fondateur Imi Lictenfeld en utilisant les retours d’expériences terrain qu’ils soient civils ou professionnels de la sécurité, kinésithérapeute, ostéopathes, hommes de loi ou criminologues. Elle peut délivrer les niveaux et grades DANKM et DAN KravMaga.
  • La Krav-maga Federation d’Alain Cohen (KMF/AC). Organisme officiel dont le siège est à Ashdod (Israël). Alain Cohen est Formateur de Krav Maga, diplômé d’Etat par le Ministère Israélien des Sports. Ceinture noire 5e dan de Krav Maga. Il fait partie du corps enseignant des arts martiaux en tant que conférencier, entraîneur et membre du comité professionnel et de guidance de l’Institut Wingate (Institut qu’il représente officiellement en France). De plus il est le co-fondateur du programme officiel de Krav Maga en Israël pour l’Institut Wingate. Par ailleurs, Alain Cohen est Instructeur en Boxe thaïlandaise, Diplômé d’état en tant que professeur de fitness pour les arts martiaux, Prestataire de service pour le Ministère de la Défense israélienne et Fondateur du KMF-AC (Krav Maga Fédération Alain Cohen).

En France

  • KAMAG Paris, en 2001, Eli Avikzar nomma Sébastien Arie Kuczer en tant que représentant de son école pour la France, son école reste fidèle à l’esprit et aux méthodes qui lui furent enseignées.
  • KMG (Krav Maga Global) France créé en 2012 par Emmanuel Ayache, directeur de KMG France, Expert international en Krav Maga, 5eme DAN, formé par Eyal Yanilov.
  • La Fédération française de karaté et disciplines associées (FFKDA) autorisée en France par l’arrêté ministériel du 15 décembre 2008 qui lui accorde la délégation pour l’organisation et le développement du Krav Maga. En conséquence l’article L.212-5 du Code du Sport français est applicable.
  • La FEKM (Fédération européenne de krav-maga) de Richard Douieb.
  • La FKMDS (Fédération krav maga défense système).
  • Le réseau Krav Maga Experts, fondé à New York et avec des studios à Lyon] et à Mexico .
  • Il existe d’autres associations indépendantes qui ne sont pas structurées en fédération ; KAMAG, IMADS – Israeli Martial Arts, etc.

Autres continents ou pays

  • L’Israeli Imi System (IIS) : fondé en 2005 par Thierry Cimkauskas, présent principalement au Canada.
  • La KMW-KMAA – Krav Maga Worldwide, inc. et l’Association américaine de krav-maga (Darren Levine) : Darren Levine, 1er non-Israélien à obtenir la ceinture noire de krav-maga en 1984, fonde la KMAA en 1983. Il est actuellement procureur auprès du District Attorney de Los Angeles.
  • La KMBA (Association brésilienne de krav-maga, fondée en 1990) et la KMSA (Fédération sud-américaine de krav-maga, fondée en 2003) : Kobi Lichtenstein, 6e dan, représente le krav-maga pour toute l’Amérique du Sud au travers de ces deux fédérations.
  • L’OIS [archive] – Operative Israeli System Emeth Krav-Maga : Aaron Elbaze fondateur du système, et développé pour les civils & les professionnels, représenté à Paris par Michael Kadouch et Eric Chicheportiche.
  • La F.O.B.K.M / IMI METHODE fédération de krav-maga avec son département united fighting arts et ses formations internationales. Première organisation en Belgique: début des années 1990 et formation à l’E.S.I (groupe anti-terroriste de la gendarmerie).Son représentant technique durant de longues années était le Capitaine Vanostende. Il eut comme professeurs Rahim Guideon et Richard Douieb, qu’il représenta aussi en Belgique. Il a été diplômé des mains de Imrich Lichtenfeld à Netanya en Israël au sein de l’Ikma. Bien que diplômé dans de multiples disciplines et passionné par le KM, il créa un courant où ouverture d’esprit et modestie riment avec purisme et éthique. Tous les domaines des tactiques israéliennes militaires ou non avec ou sans armes font partie intégrantes des formations. Lorsque l’Europe se sépara d’Israël et que quiconque, avec ou sans diplôme, se mit à instruire du KM, il assura la relève avec Minotte Cédric qui fut également diplômé en Israël.

Source : Wikipédia

LE PLANNING DES COURS 2018 – 2019

Coaching personnalisés dès 9h00 jusqu’à 18h00. Contactez-nous pour plus d’informations

lundi

18:00 - 19:15
SAMBO / PANCRACE
Christian MACCARI
19:15 - 21:15

mardi

18:00 - 19:15
19:15 - 21:15

mercredi

Baby Sambo
Shafner RAPHAEL
15:00 - 16:00
18:00 - 19:15
SAMBO / PANCRACE
Christian MACCARI
19:15 - 21:15

jeudi

18:00 - 19:15
19:15 - 21:15

vendredi

SAMBO / PANCRACE
Christian MACCARI
19:00 - 21:00

Request for training